Le ministère de l’agriculture annonce un « Varenne agricole » pour l’eau

Le ministère de l’agriculture annonce un « Varenne agricole » pour l’eau : en espérant qu’il ne prenne pas la fuit !!

Le ministre de l’agriculture a annoncé ce week-end dans le journal du dimanche (JDD) qu’un « Varenne agricole de l’eau et de l’adaptation au changement climatique » sera organisé avant l’été à la demande du Président de la République. Julien De Normandie ajoute dans l’interview au journal : « L’eau est une denrée rare, elle doit être préservée et protégée. Les règles en la matière n’ont cessé d’augmenter ces dernières années. Enfin il souligne en parallèle : « l’aménagement hydraulique est trop souvent freiné ».
Si nous partageons l’idée d’un grand débat national, pourquoi le limiter au monde agricole. En effet pour l’INDECOSA-CGT qui est une association de défense des consommateurs, l’eau c’est l’affaire de tous. C’est notre bien commun et ce n’est pas en « saucissonnant » les choses que nous parviendrons ensemble à préserver une denrée devenue rare et précieuse. Il faut mettre tous les acteurs autour de la table et assurer un agenda cohérent.
Enfin les propos du ministre de l’agriculture sont sans équivoque sur les intentions gouvernementales : Se saisir de la question climatique pour relancer les projets de « bassines » chères à l’agriculture intensive. Autrement dit on va faire du « greenwashing » d’État pour continuer à favoriser « l’agrobusiness ».
À la clé il n’y aura probablement pas de nouveaux moyens pour la recherche d’alternatives agronomiques avec l’apport de plantes plus économes en eau et surtout plus adaptées au changement climatique, pas de réelles études d’impact du rapport coût bénéfice de ces installations hydrauliques qui détruisent parfois des écosystèmes entiers. De plus serait-il raisonnable quelques années après le drame du projet de barrage de Sirven de relancer la guerre entre la société civile et une partie du monde agricole en prenant des décisions trop hâtives comme passer par voie d’ordonnances comme ce fut le cas il n’y a pas si longtemps ?

Pour contacter l’INDECOSA CGT dans notre région