Synthèse de la journée d’étude sur les nouveaux modes de consommation - Indecosa CGT

André Cheinet, notre président, nous propose cette journée comme une prise de temps nécessaire pour nous interroger sur le lien existant entre les nouveaux modes de consommation et le type de société que nous défendons. C’est sur l’émergence de ces nouveaux modes de consommation, que nous vous proposons de réfléchir aujourd’hui en ce qu’ils peuvent être un progrès ou une manipulation.

Le développement du e-commerce, la montée en puissance d’une économie numérique et un bouleversement des pratiques.

Gérard Casolari, notre secrétaire général nous présente les déclinaisons du e-commerce et ses évolutions multidimensionnelles : Mutation du capitalisme, mondialisation de l’économie, numérisation des pratiques, des actes d’achat, vitesse, flexibilité…
Il continue son propos en évoquant l’importance des GAFAM et particulièrement d’Amazon en insistant sur le danger que représente pour les consommateurs le traçage de leurs comportements par le biais d’algorithmes développés notamment par Google ainsi que l’utilisation faite des données récoltées.
En conclusion l’accent est porté sur importance des outils juridiques, sur des formes de nouvelles régulations protégeant les consommateurs des dérives éthiques posées par l’utilisation des neurosciences ainsi que de la protection des données personnelles et de leur accès.

L’émergence d’une contre-culture sociale qui promeut de nouveaux modes de consommation tout en cherchant à lutter contre un totalitarisme de marché

Pour l’essayiste marxiste André Prone, la marchandisation a atteint une dimension nouvelle qu’il qualifie d’absolu, passant d’une aliénation liée essentiellement à l’exploitation des travailleurs comme producteur de valeur à une nouvelle forme d’aliénation.
La production néo-capitaliste ajoute t-il se détermine comme production d’une consommation qui définit les besoins à la place des intéressés, sans se soucier de leur valeur d’usage effective. Il affirme que le but recherché est d’aliéner la pensée de l’individu à travers la toute puissance de l’image et l’ensemble des nouveaux outils issus des technologies numériques.
Dans ce contexte, la question essentielle est de voir émerger une contre culture sociale soucieuse de notre environnement qui privilégierait une émancipation des grands circuits de production et de distribution.

Algorithmes, e-commerce, ou nouvelle forme d’aliénation ?

Laurent Maronneau, docteur en philosophie, est revenu sur le traçage des comportements par le biais des algorithmes et sur la collecte des données orchestrées par les géants du numérique en l’occurrence les GAFAM. Nous ne sommes plus que des profils spéculatifs issus de corrélations qui ont été repérées, sélectionnées, triées par des algorithmes, court - circuitant notre capacité de décision et d’entendement remplacée par des réflexes conditionnés par le marketing entre désirs réels et faux semblants.
Pour lui, l’usage excessif des algorithmes sans éthique et sans limite est une atteinte à notre liberté d’action et de choix, autre forme d’aliénation.

Le défenseur des droits, et protection des droits fondamentaux des individus

Le DDD rappelle qu’il est très vigilant quant à l’utilisation des NTIC et à leurs impacts sur les individus, leurs droits et libertés. Le DDD et la CNIL estiment que le manque de transparence des algorithmes et la désinformation des usagers ne permettent pas de lutter efficacement contre les atteintes aux droits fondamentaux.
La Commission européenne a publié un projet de régulation basé sur la notion de risques quant au respect des droits humains et visant à réguler la transparence, l’équité, la diversité, la préservation du libre arbitre. Pour l’instant, avance le DDD, on peut donc considérer que l’alerte est entendue.
André Cheinet en conclusion relève que l’ensemble des interventions démontre que ce qui est présenté comme un progrès contribue plutôt à faire perdre aux consommateurs tous ses repères quant à ses décisions d’achat, à ses arbitrages entre usage, nécessité et plaisir.

Pour contacter l’INDECOSA CGT dans notre région