Silence ! Ils tournent… La CLCV dénonce les analyses comportementales menées à l’insu des consommateurs

mercredi 5 mai 2010
par  Colette
popularité : 4%

-. La vidéosurveillance, omniprésente dans les grandes surfaces et les centres commerciaux, n’est pas qu’un moyen de lutte contre le vol à l’étalage, elle est aussi utilisée pour étudier, à notre insu, nos comportements d’acheteurs. C’est ce qu’indique la Commission nationale informatique et libertés (CNIL) dans un article paru sur son site le 19 avril.
  • . En catimini, les professionnels exploitent les enregistrements vidéo pour disséquer les allées et venues des consommateurs dans les centres commerciaux, analyser la fréquentation des différents rayons et points de vente ou étudier nos comportements face aux panneaux publicitaires. Ces observations « de terrain » sont bien sûr du plus grand intérêt pour les experts du marketing et du merchandising car l’analyse de nos réflexes et de nos habitudes permet de concevoir des lieux de vente ou des techniques publicitaires plus efficaces.

La CLCV est choquée par ces pratiques : les consommateurs ne sont pas des sujets d’observation et encore moins de simples cobayes. Nous considérons que l’opacité qui prévaut aujourd’hui sur ces utilisations détournées des systèmes de vidéosurveillance est inacceptable.

  • . En tant qu’association de consommateurs, nous sommes régulièrement confrontés à des difficultés lors de relevés de prix ou d’enquêtes en grandes surfaces . Intervention de vigile, saisie et destruction des données collectées, nécessité d’autorisations préalables pour filmer ou prendre des clichés de produits sont monnaie courante. Comment ne pas être saisi par le contraste entre, d’une part, ce luxe de précautions et, d’autre part, la totale impunité dans laquelle les faits et gestes des clients peuvent être épiés !

Dans son article, la CNIL s’alarme à juste titre des possibilités de traçage et de reconnaissance des individus offertes par les dispositifs de mesure d’audience publicitaire ou de fréquentation. Outre les caméras, des capteurs permettraient en effet de détecter les signaux émis par les téléphones portables et donc d’identifier et de suivre des personnes ! Et peut-être de leur adresser ensuite des publicités ciblées en fonction de leurs centres d’intérêt … A cet égard, la commission précise qu’elle restera vigilante sur le respect des règles en matière de protection des données personnelles.

  • . Pour la CLCV, cette vigilance s’impose mais il ne s’agit là que d’une partie du problème. Nous considérons qu’un affichage claire, lisible et visible à plusieurs endroits des lieux de vente devrait informer les consommateurs de la présence de systèmes de surveillance et des usages auxquels ils sont destinés. Rappelons que cette obligation d’affichage figure dans la loi de 1995 mais qu’elle est aujourd’hui peu ou pas appliquée. La CLCV a saisi les parlementaires pour que la proposition de loi sur le droit à la vie privée à l’heure du numérique, qui sera prochainement examinée à l’assemblée nationale, précise et renforce les exigences dans ce domaine.

{{}}

CONTACT : clcvud13 orange.fr ;bouches-du-rhone clcv.org }} }


0 vote

Commentaires

Annonces

NOS EMISSIONS SUR FR3

Dans la "Galerie", vous trouverez les émissions diffusées lors des années précédentes...
Hélas 2016 et 2017 n’ont pas vu encore de diffusions mais tout devrait reprendre, on y croit ....